Recueil K.J
BIENVENUE À TOI, OH GRAND VOYAGEUR! TU ES MAINTENANT DANS MON MONDE. BONNE VISITE Very Happy

CORDIALEMENT,
KJ
Partenaires
 

créer un forum
 

Suivre Forumactif sur FacebookSuivre Forumactif sur TwitterSuivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest

Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 13 le Ven 14 Mar 2014 - 19:04

Le chasseur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le chasseur

Message par Katemilie James le Mer 26 Fév 2014 - 23:45

Un homme tentait de fuir dans les sous-bois situés non loin d'un bar miteux et néanmoins le seul du village sans nom, dans un pays inconnu, sans de localisation particulière et sans histoire, jusqu'à ce jour... Seule sa respiration saccadée et entrecoupée de hoquet dût à la bière récemment ingurgitée brisait le silence de la nature qui se montrait plutôt hostile ce soir-là. Comme si elle ne faisait qu'un avec l'atmosphère d'angoisse qui s'était tout à coup installée. Quelqu'un ou quelque chose poursuivait l'homme à moitié ivre. Alors qu'il essayait de prendre de la vitesse tout en zigzaguant entre les arbres, un nouveau hoquet l'assaillit lui donnant envie de dégueuler. Il s'arrêta pour se plier en deux et fut pris d'un haut le coeur incontrôlable. Un «merde» imperceptible siffla entre ses lèvres pincées. Il jeta un regard nerveux autour de lui et sentit encore une présence l'épier. Il reprit alors sa course en tentant tant bien que de mal d'ignorer la nausée qui le taraudait. Ce n'était pas la première fois que l'homme à l'épaisse barbe noire, aux petits yeux porcins et au teint mât passait par là. C'était un raccourcie pour rentrer chez lui qu'il prenait à chaque fois qu'il faisait une brosse après une partie de pêche avec ses copains de l'usine. Mais c'était la première fois qu'il se sentait menacé dans ces sous-bois alors qu'il était plus de minuit. Plus il courrait et plus la menace invisible semblait se rapprocher de lui. Chaque craquement de branches le faisait sursauter et à chaque fois qu'il se retournait, rien. C'est avec un immense soulagement qu'il vit enfin la lisière et qu'il ralentit la cadence pour reprendre son souffle. Un nouveau haut-le-coeur le saisit, mais cette fois il réussit à garder le contenu de son estomac. Néanmoins, il fit un rot sonore qu'il essaya de contenir dans son poing aux doigts bouffis. Il se pencha à nouveau en pensant qu'il avait perdu la tête. Personne ne le suivait, c'était dans son imagination tout simplement. Il fut alors saisi d'un fou rire incontrôlable, il pleurait tellement qu'il riait de sa bêtise et cela prit un moment avant qu'il recouvre son sérieux. Il s'essuya l'oeil avec son index couvert de terre pour sécher la petite larme qui perlait au coin, gratta sa tête glabre et entreprit de poursuivre sa route afin de quitter le sous-bois.

- Tu croix aller où comme ça, connard?
Demanda une voix sinistre derrière lui. 

L'homme entendit un déclic avant qu'un coup de feu lui explosât la cervelle.


Dernière édition par Katemilie James le Ven 13 Juin 2014 - 1:50, édité 2 fois
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Katemilie James le Mer 5 Mar 2014 - 18:26

- Ah bordel! S'exclama le shérif du compté. C'est Billy qui c'est fait buté. J'avais l'intention de faire réparer ma bécane, nom de Dieu!

Josef Raynold était un gros type bedonnant et ayant un début de calvitie. Les boutons de chemise de son uniforme de couleur beige étaient sur le point d'éclater puisqu'il était devenu trop serré depuis 5 ans. Il porta son cigare à ses lèvres et tira la fumée avant de la recracher dans les airs tout en contemplant le corps de l'homme étalé sur le ventre. La tête chauve du cadavre montra le trou béant où la balle s'était logée. Le mort portait des jeans bleu délavé, un chandail noir. Il empestait un mélange de décomposition, de terre mouillée, de vomi et d'urine. Le shérif qui n'était pas à son premier mort renifla dédaigneusement, quant au shérif adjoint, il eu une mine dégoutté et évita de regarder la scène de crime.

- Combien faisait-il la nuit dernière? Questionna Raynold à son confrère plutôt gringalet à côté de lui.
- Pardon, Shérif?

«Petit imbécile»
pensa l'homme. Il ne comprenait pas la question. En fait, il ne saisissait rien à rien.

- La température! Quelle était la température hier soir?
- Ah!
Le garçon passa une main distraite dans ses longs cheveux noirs et fit mine de réfléchir. 12 degrés environ.
- Je vois.
Marmonna Raynold en caressant sa moustache brune sans quitter le cadavre des yeux. Cela ne te semble pas étrange, Kyle?
- Quoi donc?
- Sa veste, il n'a pas sa veste.
Répondit Raynold, essayant de cacher son impatience.
- Il est mort, Shérif. Il ne risque pas d'attraper froid.

L'homme bourru leva les yeux au ciel et soupira. « Quel crétin! »

- Prévient les autres qu'on est à la recherche d'un type ayant une longue veste marron en feutre, probablement, et ayant un capuchon.
- Pourquoi, Shérif Raynold?
- Merde Kyle!
S'exclama l'homme, cette fois visiblement exaspéré. Ce cinglé a piqué la veste de Billy et le porte peut être en ce moment. Si c'est le cas, on pourra facilement l'identifier.

Cette fois, le jeune homme comprit et se précipita hors des sous-bois pour prévenir ses collègues.

- Qui t'a tué, Billy? Pourquoi? Et surtout, qui maintenant va réparer ma putain de moto?

Le shérif soupira et tira une nouvelle bouffée de son cigare avant de s'écarter de la scène de crime lorsque Martin Shelby pour rejoindre son stupide adjoint et de laisser le légiste travailler. C'était un petit bonhomme dans la cinquantaine, les cheveux grisonnants et ayant un air obstiné. Raynold avait appris à ses dépens de le laisser travailler seul sans lui poser des questions. Sous prétexte que cela déconcentrait le vieux légiste. Pourtant, ce n’était pas compliquer de savoir la cause de la mort du seul mécanicien compétent du village. «On lui a troué le crâne avec un pistolet, bordel de merde! Maintenant, je dois me démerder avec ma moto en panne.»


Dernière édition par Katemilie James le Ven 13 Juin 2014 - 1:47, édité 1 fois
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Katemilie James le Ven 7 Mar 2014 - 23:11

Une grande bonne femme alla se faire coiffée dans le salon de coiffure d'une jeune femme aux grands yeux verts et aux cheveux d'un rouge flamboyant et aux mèches noir coupé très court. Son salon était décoré de manière très rétro avec des tapis, des murs et des décorations aux couleurs vives référant aux années 70. La cliente assise devant un miroir arborait un sourire narquois et désagréable. Ce n'était pas la plus sympathique, mais elle donnait de bons pourboires. Par ailleurs, elle connaissait tous les potins du village.

- Non, ce n’est pas vrai? Billy Simonds! Je n’arrive pas y croire. S'étonna Shekiba une fois qu'elle eu terminé le mélange pour la teinture de la grosse dame.
Il a réparé ma voiture alors qu'en ville ne savait pas quoi en faire. C'est triste.

Oui, mon mari devait le voir jeudi pour qu'il répare sa moto. Déplora la femme du shérif dans un soupir.

- J'imagine que votre mari va enquêter sur le meurtre avec Kyle?

Shekiba voulut prendre un ton détaché, mais elle ne put s'empêcher de rougir en évoquant le prénom du shérif adjoint. Cela faisait plusieurs années qu'elle avait un faible pour lui. Depuis qu'ils avaient quitté le lycée, elle cherchait à garder contact avec lui.

- Vous voulez rire? La grosse femme blonde s’esclaffa tout en se tapant la cuisse.
Cet imbécile ne sait même pas comment se servir d'un crayon!

Elle saisit la tête de sa cliente à la grosse tête blonde et fracassa son crâne contre la commode qui soutenait le miroir.

Shekiba secoua la tête pour chasser cette scène de son esprit et la femme du shérif prit ça pour une approbation à ce qu'elle venait de dire. Elle était loin de se douter que la femme qui la coiffait avait des envies de meurtre à son égard. Elle poursuivit :

- Quelle jeune fille saine d'esprit voudrait sortir avec un gamin pareil?

«Moi, moi je voudrais bien! Espèce de salope!» Pensa Shekiba tout en refrénant son irrépressible envie de lui arracher les cheveux. Elle se força de sourire et fit comme si elle ne se sentait pas concerner par les propos injustes à propos de son amour secret.

- Parfois, les gens peuvent nous surprendre.
Répondit-elle en haussant les épaules.

- La seule chose qui pourrait vraiment me surprendre de lui, c'est qu'il trouve son propre trou de cul! La femme du shérif éclata de rire.

Même si Shekiba trouvait que la blague était loin d'être drôle, elle fut contrainte de sourire. Elle invita sa cliente sous le séchoir au coin de la pièce du salon de coiffure.

- Prévenez-moi si c'est trop chaud.

«Pour que je puisse te laisser griller à point, espèce de grosse vache.»
Inconsciente des véritables pensées de sa coiffeuse, la femme du shérif hocha la tête et plongea son attention dans une revue à potin. Voilà ce qui allait faire son bonheur! C'est à ce moment-là qu'un homme étrange entra dans le petit commerce faisant tinté la porter qui marqua sa présence. La coiffeuse ne l'avait jamais vue au par avant. Difficile de reconnaître quelqu'un sous une capuche d'ailleurs. Il avait l'air d'un chasseur avec ce manteau marron en feutre. Tout devint silencieux, Shekiba toisa l'inconnu d'un œil perplexe. Avant qu'elle n’eut le temps de lui demander ce qu'il faisait là, la femme du shérif leva les yeux de sa revue et se mit à hurler, paniqué : «C'est lui, c'est lui! Appelez le shérif, vite!» Shekiba ne comprenait pas ce qui ce passait et n'a pas eu le temps de demander, car l'homme leva une arme dans la direction de la femme assise sous le séchoir et lui troua le front d'une balle. La coiffeuse qui reçut des éclaboussures de sang et un peu de cervelle, s'écarta du corps désormais inerte et se mit à hurler à son tour. L'homme rengaina son pistolet sous son manteau et se tourna vers elle.

- Elle est morte?

La jeune femme se mit à sangloter et s'approcha du cadavre pour tâter le pouls dans son cou d'une main tremblante. Elle la retira aussitôt.

- Oui, monsieur. Répondit-elle d'une voix aiguë qui ne lui ressemblait pas d'habitude. Pourquoi l'avoir tué?

- Elle le méritait.

Il tourna les talons pour sortir, mais la coiffeuse l'interpella à nouveau.

- Elle était chiante, c'est vrai. Mais au point de se faire buter?


- Tu veux mourir toi aussi? S'impatienta le meurtrier par-dessus son épaule.

Shekiba blêmit aussitôt et resta silencieuse.

- Bien, maintenant faut que j'y aille. Si j'apprends que tu m'as menti, je viendrai te descendre.

- Ce ne sera pas nécessaire. Couina Shekiba en reculant instinctivement.

Sur ce, l'homme sortit du salon de coiffure et elle le vit traverser la rue pour entrer dans le petit restaurant en face. Le massacre ne faisait que commencer.


Dernière édition par Katemilie James le Ven 13 Juin 2014 - 1:47, édité 1 fois
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Katemilie James le Sam 15 Mar 2014 - 21:43

La clientèle ainsi que le personnel du restaurant s'étaient accroupis afin d'éviter une balle potentielle. Plusieurs sous les tables, derrière le comptoir du bar et d'autres s'étaient réfugiés dans les toilettes. L'homme au manteau marron barrait la sortie, un pistolet dans chaque main. Il était entré avec fracas et pointait désormais ses armes sur tout le monde. Une vieille dame était sur le point de partir et ne trouva nulle part où se cacher. Elle était tombée à genoux et pleurait bruyamment, la tête entre ses deux mains. Impitoyeusement, l'homme avait pointé son arme sur elle et n'hésita pas à lui tirer dessus. Les personnes dans la salle se mirent à hurler de concert, accentuant la tension de l'atmosphère aux prises avec la panique générale. Le corps de la vieille femme resta immobile pendant quelques secondes avant de s'effondrer aux pieds du tueur. Il donna un coup de pied pour la faire rouler loin de lui et reporta son attention sur ses victimes. Il pointa son arme vers une serveuse et la regarda sous sa capuche pendant un moment avant de déclarer:

- Toi, sors! Ordonna- t'il en s'écartant de la porte tout juste assez pour laisser passer l'employée maigrichonne.

Elle ne se le fit pas dire deux fois. De ses jambes tremblantes, elle se releva et quitta sa cachette pas très réussie qui était derrière le présentoir pour recevoir les clients. Elle se précipita vers la porte à demi Vitré et on la vit courir dans la rue comme une éperdue. Elle agitait frénétiquement les bras dans les airs et hurlait: «Il y a un malade dans le resto!». Étrangement, il n'y avait personne qui aurait pu aider la jeune femme à la jupe noire et au chemisier blanc. En effet, le visage semblait tout à coup vide. Il n'y avait personne dans les rues, pas même sur la voie principale. Que ce passait-il? Le shérif savait-il ce qui se passait dans son compté? Pourquoi les patrouilleurs n'avaient pas encore réagi aux coups de feu?

L'homme au manteau marron s'avança de quelques pas et se tourna subitement vers un couple adossé à un mur, se tenant l'un à l'autre, les yeux clos comme s'ils attendaient leur heure dans une attente douloureuse.

- Vos yeux. Exigea le meurtrier d'une voix sourde.
- Quoi? La femme leva la tête et risqua un coup d'oeil dans sa direction.
- Vos yeux, bordel! Je veux voir vos yeux.

Il leva son arme sur le copain de la femme et aussitôt, celui-ci les ouvrit. Cela ne dura que trois secondes avant que la balle se loge en plein milieu de son front. La femme habillée d'un tailleur reçut une bonne partie d'éclaboussure de sang et de bouts de cervelle.

- Vous avez des enfants avec ce type? S'adressa-t'il à elle.

Sous le choc, la femme le regardait avec de grands yeux effrayés. Il pointa cette fois son arme sur elle et elle se dépêcha de secouer la tête.

- J'espère que tu n'as ne m’a pas menti. Prévient-il d'une voix froide. File avant d'y passer, toi aussi.

Il s'écarta pour la laisser se relever et quitter le restaurant. Un homme obèse dans la quarantaine et à tête chauve tenta de profiter de ce moment pour filer avec la femme sanguignolante alors que l'assassin avait le dos tourné à la porte. Cependant, il ne fut pas dupe et se tourna dans un geste souple et lui tira au niveau de la colonne vertébrale. Il tomba lourdement sur la porte qui se refermait doucement, retenu par le ressort et se fracassa le crane contre la vitre dans sa chute.

- Tu croix aller où comme ça, bouda?


L'homme s'avança vers lui alors que l'homme blessé se tournait péniblement sur le dos. Il posa sa botte en cuir brun sur son ventre arrondi et pressa. Le gros bonhomme écartilla les yeux et fit un cri étouffé.

- Eh merde. Tu n’aurais pas dût essayer de t'enfuir. Je n'étais pas rendue à toi. Il lâcha un soupir las et haussa les épaules.
Tant pis, tu n'aurais pas survécu longtemps de toute façon.

Il leva légèrement le bras en direction de la tête chauve. Des yeux effrayés lui suppliait de ne pas presser la détente, mais le tueur fut insensible à la supplique silencieuse.

- Bon, à qui le tour?

S'écria l'homme en se tournant vers la salle de gens accroupie, en pleur et horrifié par la cruauté irascible de cet étranger. Tout était paisible dans le village et voilà qu'il troublait la tranquillité des citoyens de la sorte. Il retira son capuchon, dévoilant une tête blonde aux cheveux longs lui couvrant presque les épaules et aux yeux sombres et froids. Son visage de marbre ne trahissait aucune sympathie pour ses victimes et ses lèvres pincées dans une moue déterminée.

- Seigneur... Qui est vous?
Se risqua de demander un homme qui se tenait la poitrine à genoux près d'une fougère. Il devait bien approcher de son cercueil plus tôt qu'il ne le croyait surtout qu'il semblait être sur le point de faire une attaque cardiaque.

- Le chasseur. Répondit sèchement celui-ci en s'avançant dans la salle dans l'intention de tuer d'autres victimes choisie dans une sélection inconnue de tous sauf de lui-même.


Dernière édition par Katemilie James le Ven 13 Juin 2014 - 1:48, édité 1 fois
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Katemilie James le Sam 5 Avr 2014 - 23:40

La jeune coiffeuse croyait que son heure était venue. Elle entendit la sonnette s'enclencher lorsque quelqu'un franchisa la porte vitrée de l'immeuble. Elle entendait parfaitement les battements de son coeur jouer du tamtam contre ses tympans. « Je n'ai pas menti... j'ai dit la vérité... elle est morte... je n'ai pas menti... » Se répétait-elle inlassablement alors que les pas s'approchaient lentement vers le comptoir où elle se cachait en position foetale, sur le point de s'évanouir. Des bottes crissèrent contre le parquet, il y eut une soudaine inspiration. « Oh merde! » S'exclama une voix appartenant à celle d'un homme. Shekiba éclata en sanglots, se recrovillant davantage.

- Shekiba? Tu n'as rien? S'enquit Kyle qui passait la tête par-dessus le comptoir de réception pour voir la provenance des pleurs.

Elle ne put répondre et sanglota davantage. Le shérif adjoint se précipita vers elle en contournant le comptoir et la prit dans ses bras.

- Que c'est- il passé?

Shekiba fut incapable de répondre et au même moment, un coup de feu retentit. Elle lâcha un hurlement et Kyle bondit pour se réfugier à son tour derrière le comptoir même si le bruit provenait de l'extérieur. Des cris fusèrent mêlés à d'autres détonations puis le silence. La jeune coiffeuse resta dans les bras du shérif adjoint pendant ce qui parut une éternité. « C'est fini? Je veux que ça se termine, c'est insoutenable. » Pensa-t'elle dans une prière effrénée.

- Je vais regarder ce qui se passe. Déclara Kyle dans un souffle.

Shekiba s'agrippa à sa chemise marron en le suppliant du regard. Son maquillage avait coulé et lui donnait des cernes sous les yeux. Le jeune homme essuya du pouce les larmes sur ses joues et se leva prudemment, l'arme à la main, prête à tirer au moindre danger. Avec une grande stupeur, il vit un homme debout, dos à lui et ayant des dizaines de corps étalés un peu partout dans la rue entre le salon de coiffure et le petit café en face. Kyle se rebaissa aussitôt, la peur au ventre et les yeux exorbités.

- Quoi? S'inquiéta Shekiba, d'une voix qui montait de plus en plus dans les aigus.

- Ce malade à tiré tout le monde.

Elle plaqua une main contre sa bouche et fondit en larmes.

- Chut... Shekiba, il est juste en face de ton salon, il pourrait t'entendre.

Elle essaya tant bien que de mal de contrôler sa panique qui montait en elle, mais cela vira en crise d'hyperventilation. Kyle la prit une fois de plus dans ses bras sans lâcher son arme et de sa main libre, lui caressa les cheveux afin de la calmer. « On va s'en sortir, tu verras » Lui répéta- t'il inlassablement. Voyant que rien ne se passait, il se risqua à nouveau de jeter un coup d'oeil par-dessus le comptoir. Personne. Le type avait complètement disparu de son champ de vision. Il s'accroupit et prit la tête de la coiffeuse entre ses mains pour l'obliger à le regarder dans les yeux.

- On va sortir d'ici et prévenir le shérif.

- Pourquoi personne n'est venu à part toi? Demanda- t'elle en essayant ses joues du revers de la main.

- J'sais pas. J'étais parti pour prévenir les autorités qu'on était à la recherche d'un tueur et lorsque je suis revenu au commissariat, il n'y avait plus personne. Ensuite, j'ai eu un appel du café et on nous a coupés. Toutes les lignes téléphoniques sont hors service.

Shekiba secoua la tête. « Je n’arrive pas à le croire. » Fit- elle en reniflant. Kyle lui prit la main et tout en restant le plus accroupis possible, ils traversèrent la pièce tout en passant devant le cadavre de la femme du shérif. La jeune femme réprima un haut-le-coeur et évita de la regarder. Lorsqu'ils sortirent, ils se précipitèrent vers une camionnette non loin et s'y cachèrent pour éviter d'être à vue du tireur au cas où celui-ci les observerait. Tout était calme, les morts jonchaient le sol et un silence inquiétant régnait sur le village.

- Qu'est qu'on fait maintenant?

- On prend la camionnette, le gars a laissé les clés sur le contact.

Shekiba entra la première du côté conducteur et Kyle prit place par la suite. Il démarra en trombes et accéléra tout droit vers le commissariat. C'était étrange, personne ne circulait dans les rues, les commerces semblaient vides et tout le village semblait coupé de courant.

- Pourquoi tu es le seul qui semble agir, où sont tous les autres?

Kyle haussa les épaules. Tout à coup, Bernard, le boucher sortit tout droit de nulle part et se précipita devant la voiture. Le jeune homme au volant dut freiner sec et s'arrêta tout juste à quelque centimètres du ventre bedonnant et de son tablier blanc crasseux. Il avait une hachette dans les mains et les yeux exorbités. Il sembla soulagé lorsqu'il reconnut le shérif adjoint et vint le rejoindre à sa portière. Kyle baissa sa vitre et le boucher s'empressa de s'exclamer: « Vous voilà! Je croyais que j'étais tout seul. Un type... »

- Se balade et flingue tout le monde, on sait. Acheva Kyle en hochant la tête. Venez.

- Où allez- vous? Demanda le boucher.

- Au commissariat, on a besoin de renfort.

Bernad secoua frénétiquement la tête. « Non, non! tout le monde est mort, m'sieur. Des cadavres... partout... Il y en partout! ... Personne de vivant. Il est parti là-bas, il faut régler son compte. »

- Il n'y a pas de survivants?

- Personne, bordel! Vous êtes nôtre Shérif adjoint, alors allez faire vôtre travail et aller lui botter le cul!

Kyle fronça des sourcils. " Mais vous? »

- J'vais me débrouiller!

Le boucher tourna des talons et se dirigea vers le petit dépanneur « Chez Joe ». Kyle fit demi- tour et fonça dans la direction que lui avait indiqué Bernard. Il allait foutre une raclée à ce prétendu « Chasseur ». Le boucher regarda la camionnette rouge s'éloigner et un sourire malicieux se dessina sur son visage bouffi et mal rasé. Ses yeux bleus s'inondèrent de noir comme si de l'encre s'y étalait, engloutissant complètement ses yeux.

- Quel imbécile! Se moqua le boucher avant de se tourner.

Il entra dans le dépanneur où plusieurs personnes étaient attachées et bâillonnées. Des femmes, des enfants, des hommes, des vieux, personne n'allait pouvoir s'échapper. Le boucher regarda le commis derrière la caisse enregistreuse et se mit à rire.

- Le crétin de shérif adjoint est parti tenté de régler le compte au Chasseur. On risque d'être tranquille.

Le commis sourit à son tour et ses yeux prirent le même aspect que les siens. Tous deux se dirigèrent vers leurs victimes qui ne pouvaient aucunement se défendre et étaient à leurs mercis. Et personne pour les secourir.


Dernière édition par Katemilie James le Ven 13 Juin 2014 - 1:48, édité 1 fois
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Katemilie James le Jeu 17 Avr 2014 - 17:58

Kyle roulait à toute vitesse dans les rues désertes et esseulées du village sans nom. Shekiba resta silencieuse, absorbée par ses pensées. Que ce passait-il? Elle jeta un coup d'oeil à sa montre. 11h20. Qui était ce Chasseur? Pourquoi tuait- il que certaines personnes et pas d'autres? Pourquoi la coiffeuse était toujours en vie? Où étaient les patrouilleurs? Il n'y avait plus que Kyle pour sauver de ce qui restait des survivants? Tant d'interrogation. La situation était loin d'être claire et elle n'était pas plus logique. En observant le profil du shérif adjoint qui affichait une expression tout aussi sérieuse que la sienne, elle se demandait si tout ça était réel ou si ce n'était qu'un cauchemar qui ne finissait plus. Le visage de Kyle changea subitement, affichant de la peur. Il freina soudainement et lâcha un juron bien senti. Shekiba tourna son attention sur la route et cria à son tour en voyant la silhouette. Le véhicule s'arrêta brusquement à peine quelques centimètres de l'homme qui se dressait en plein milieu de la rue principale. Sans même réfléchir, le jeune homme sortit de la voiture et saisit son arme qui était jusque-là sagement dans son house de ceinture. Il la braqua sur l'homme à la capuche et au manteau marron qui ne broncha pas lorsque le shérif adjoint lui hurla de poser les mains sur la tête et de se mettre face contre terre. Quant à la jeune coiffeuse, elle était mortifiée et se recrovilla en position foetale en se laissant glisser du siège.

- Vous devriez quitter la ville. Lança l'inconnu d'une voix neutre, mais qui donnait néanmoins froid dans le dos.

- La ferme! C'est toi qui devrais quitter la ville... Non! Je veux dire... Bordel fait ce que je te dis et met les mains sur la tête et écrase ta sale tronche sur le sol ou je tire, nom de Dieu!

- T'a pas l'air de comprendre, petit. Trancha l'inconnu en se tournant brusquement vers lui.
Je vous ai laissé en vie, toi et ta copine pour que vous fichiez le camp d'ici et que je puisse nettoyer la ville de ces monstres. Mais si tu insistes, je peux te descendre comme l'un d'entre eux.

Shekiba entendait les voix à l'extérieur et se mit à pleurer. « Ne fais pas le con, Kyle! Reprends le volant pour qu'on s'en aille d'ici. Je ne veux pas mourir... non... je ne veux pas mourir! » Elle se répétait ces mots tout en sanglotant. C'est alors qu'elle entendit un coup de feu et plaqua sa main sur la bouche. « Non! Il l'a eu? C'est Kyle qui s'est fait tirer dessus? Non, je vous en prix. Pas Kyle! » Elle entendit d'autres voix un peu plus loin qui se rapprochaient de plus en plus. Des secours?

- A ton tour petit chasseur merdeux!

Shekiba reconnut aussitôt la voix du Shérif. Mais où était- il pendant le massacre? C'était maintenant qu'il débarquait? C'est quoi cette histoire? Elle entendit aussi des rires. Que ce passait-il dehors? Elle se redressa légèrement et vit le corps de Kyle étalé par terre, la balle avait traversé son front et lui manquait la moitié du crâne. On lui avait tiré par-derrière! Elle regarda la scène et eu un haut-le-coeur. Les lèvres pincées, elle promena son regard et vit l'homme au manteau devant le 4x4 regarder au loin. Il avait sorti son flingue, mais garda le canon vers le sol, pour l'instant. Soudain, il sauta sur le capo et son regard croisa celui de Shekiba qui était interloquée. Il avait baissé sa capuche et elle pouvait parfaitement voir ses yeux bleus la regarder à son tour, il affichait une expression froide et détachée. Il ne s'attarda pas à cet échange de regard et grimpa sur le toit du véhicule. Elle se recrovilla à nouveau devant la banquette du passager lorsqu'elle entendit le premier coup de feu. Et la jeune femme était une fois de plus une témoin silencieuse dans ce nouveau massacre.


Dernière édition par Katemilie James le Ven 13 Juin 2014 - 1:48, édité 1 fois
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Katemilie James le Jeu 29 Mai 2014 - 20:46

Il eut un échange de coups de feu, des cris de terreurs mêlés à ceux de la chair tuméfiée couvraient les pleurs et les cris hystériques de la jeune coiffeuse. Elle reçut même des éclats de verre lorsqu'une balle percuta la fenêtre du côté conducteur. En position foetale, elle protégea son visage en l'enfouissant dans le creux de ses bras enroulés autour des ses genoux osseux. C'est alors qu'on ouvrit violemment la portière derrière elle et l'empoigna par les cheveux. On la fit basculer vers l'arrière. Malgré ses tentatives désespérées à retenir sa chute en se cramponnant par les bords de la portière, la personne la fit tomber brutalement sur le dos. Pendant un moment, elle crut que c'était le psychopathe de son salon de coiffure, mais elle resta sous le choc lorsqu'elle discerna les traits du shérif aux yeux rouges et de la bave lui dégoulinant sur le menton lui donnant l'aspect d'un démon ou d'un chien enragé, c'était à voir. Une douleur aiguë irradiait le long de sa colonne et lorsqu'elle tenta de ramper pour s'éloigner de lui, il lui donna un coup de pied dans les côtes.



- Le chasseur! Interpella Raynold au psychopathe qui semblait beaucoup moins psychopathe comparé au vieux bedonnant. Si tu ne te rends pas et que tu ne laisses pas mes p'tits gars tranquilles, je bute la fille.



- Va te faire foutre! Lui répondit celui-ci.



« Je suis foutue.» Pensa- t'elle avant qu'une balle trouât le front gras et couvert de sueur du shérif Raynold. Elle n'attendit pas qu'on lui tende gentiment la main pour se relever. De sa respiration sifflante et de ses membres endoloris, elle réussit malgré tout à se hisser à nouveau dans le véhicule. Heureusement, les clés étaient toujours en place sur le démarreur. Elle vit l'homme qu'on appelait le chasseur accroupi devant le capot et pour une raison qu'elle ignorait, elle voulut lui venir en aide. Quelque chose lui disait qu'il valait mieux se mettre de son côté plutôt que de celui de ces créatures qui ressemblait étrangement à ceux que la coiffeuse avait un jour côtoyé. Maintenant, Shekiba savait que ce n'était qu'une parure. Personne n’était humain dans ce foutu bled!



Leur regard se croisa et cela suffit pour qu'ils se comprennent. Toujours sous la pluie de balles, le chasseur se rua vers la portière du côté passager alors que Shekiba se glissa du côté conducteur et n'attendit même pas qu'il referme sa porte pour démarrer en trombe. Alors qu'ils s'éloignèrent de ces cinglés, il baissa sa capuche et s'épongea le visage qui était couvert de sang.



- Fais demi-tour. Ordonna-t'il.



- Quoi? Dis-moi que tu te fous de ma gueule!



Il tourna son regard noir dans sa direction, lui montrant clairement qu'il était sérieux. Prenant une grande inspiration, Shekiba fit demi-tour dans un crissement de pneu et accéléra en revenant sur leur pas.



- Je veux que tu percutes ces fils de pute. Ils doivent mourir avant la tombée de la nuit.



Elle ne posa pas de question et enfonça plutôt son pied sur l'accélérateur. Le coeur battant et les mains moites, elle fonça tout droit sur les cinq démons restants. Au début, ils levèrent leurs flingues dans leur direction, mais comprenant leur intention, ils décidèrent d'opter pour la fuite. Ceux qui arrivèrent à avoir la brillante idée de se disperser n'eurent pas plus la vie sauve puisque le chasseur leur tira dessus en sortant la moitié de son corps pour mieux les viser. Shekiba était sur le bord de l'évanouissement, mais elle tint bon. Elle ne pouvait pas flancher maintenant. Lorsqu'ils furent tous morts, elle s'arrêta devant une boulangerie et se tourna vers son covoitureur.



- Et maintenant?



Il mit un temps avant de répondre. Il baissa les yeux sur son browning pour en vérifier les cartouches et regarda le ciel. Il restait encore 4 heures avant le coucher du soleil.



- Je sais qu'ils tiennent leur QG dans le sous-sol de l'école primaire. Tu as deux choix ma p'tite. Soit que tu descends de ce véhicule et tu te démerdes à partir de maintenant ou bien tu prends un flingue et tu m'aides à buter les démons.



Il tourna sa tête blonde dans sa direction et de ses yeux glaciales, il l'a détailla du regard, les mâchoires crispées et attendit sa réponse.
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Katemilie James le Mer 18 Juin 2014 - 20:29

Le matin se leva et il n'y avait plus de village. Les pompiers déclarèrent au journal local qu'une fuite de gaz de la station de service avait fait explosé les immeubles à proximité y compris l'école des élèves de primaire. Heureusement, il n'y avait aucun enfant à l'intérieur si ce n'est qu'une centaine d'hommes et de femmes y avait péri. L'incendie s'était rapidement propagé par la suite et rien n'avait survécu dans ce petit coin paumé. Les jours passèrent et oublièrent vite cet incident ainsi que le nom de ce village qui était quoi déjà? C'est ce que je disais. Par contre, il y avait ce bar. C'était des habitués qui y allaient pratiquement tous les soirs. Une nuit, aux alentours de 12h. Un homme y entre, une casquette noire, un chandail gris déchiré à quelques endroits et des jeans délavés avaient fait son entrée. Personne ne pipa mot, mais tous le regardèrent avec curiosité. Une femme l'accosta. Cela faisait changement de tous ces trous de cul qui la draguaient sans ménagement et avec très peu de classe. Lui au moins, il était séduisant. Elle avait beau lui présenter sa décolté plongeait, il semblait n’en avoir rien à faire. Au plus grand étonnement de tous, il l'invita à aller chez lui. Sans doute que cette pimbêche aimait se faire malmener, car elle accepta. Ils sortirent du bar, mais une autre femme leur barra la sortie.

Celle-ci par contre, était vêtue tout en jeans, une veste et un pantalon couverts de poussière et d'autre saleté. Du sang? Elle portait aussi un kangourou noir avec une capuche qui lui couvrait toute la partie supérieure du visage qui lui faisait entrevoir uniquement ses mèches colorées rouges et parsemées de mèches noires.

- Tu n'iras nulle part sans moi, p'tit con. Siffla-t'elle entre ses dents.

Aussitôt, elle pointa le canon de son arme entre les deux yeux. Stupéfait, l'homme la toisa de ses yeux verts et se figea dans une expression effrayée. La femme qui l'accompagnait quant à elle hurla et partit en courant pour se réfugier derrière le comptoir avec le barman. C'est alors qu'il reconnut la femme sous la capuche.

- Shekiba? S'étonna l'homme à la casquette.

- C'est Kiba, taré.

Un autre flingue s'appuya derrière sa tête cette fois. C'était la voix d'un homme cette fois. Il en fut encore plus surpris.

- Tu t'es coltiné avec le Chasseur?

À ce nom, les gens du bar comprirent aussitôt. Dans un même mouvement, ils se levèrent paniqués, mais il n’y avait aucune sortie mise à part celle de derrière. Le premier qui eu franchit le seuil fit explosé tous les autres qui le suivait. Des hurlements s'en suivirent.

- Je te laisse le cuisiner. Moi, je vais m'occuper des autres.

Kiba hocha la tête alors que le Chasseur rejoignit ceux qui n'avaient pas encore explosé. Des coups de feu retentissaient derrière le bar. La cavalerie n'allait pas tarder à rappliquer. Ils devaient faire vite pour terminer le ménage.

- Où sont tes autres copains qu'on n’a pas fait exploser dans cette putain d'école?

- Je l'ignore.

- Mauvaise réponse. Déclara la jeune femme avant de lui éclaté le genou avec une balle.

- Où est votre nouveau QG?

- Pouquoi tu fais ça? Hurla l'homme en tenant sa jambe ensanglantée et se crispant de douleur.

- Je rêve ou tu te permets de me poser la question. Tes copains ont buté Kyle, connard. Même si tu ne me réponds pas, je suis déterminé à tous vous descendre.

Elle porta cette fois son arme sur la deuxième jambe.

- Non! Je vais te le dire... je te jure. Ne fais pas ça! Cria l'homme à la casquette, terrifié. La caserne.

- Merci, Brendon.

Et elle lui tira dans le crâne. Mieux valait abrégé ses souffrances se dit- elle. Lorsque les policiers arrivèrent, ils furent estomaqués par l'horreur de la scène. Des cadavres et du sang partout. Personne n'avait pu y échapper. Certains d'entre eux comprirent alors qu'ils étaient les suivants. Aucun démon n'allait s'en sortir, car maintenant, il n'y avait pas un, mais deux Chasseurs à leur poursuite.
avatar
Katemilie James
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 24
Localisation : Canada

Fiche personnelle
Histoire que je préfère sur ce forum: Je ne sais pas encore
Je fais de la lecture: Je ne fais que ça!

Voir le profil de l'utilisateur http://katemilie-james-fan.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chasseur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum